Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog





Selon le Sénat ,  le gouvernement nous leurre  !

Pour Jean Arthuis et Philippe Marini, nos finances publiques sont construites sur des bases fausses .
 ( Ouest-France / AFP ) .
Pour l'UMP Philippe Marini, le déficit public pourrait atteindre 6,4 % en 2012 et les impôts locaux
exploser
.

Rien à voir avec les prévisions officielles, même revues à la baisse.

Les sénateurs attendaient donc, hier, les ministres de l'Économie et du Budget avec de solides
arguments.  Enrobés dans une épaisse couche d'onctuosité, ces arguments revenaient à dire :
le gouvernement nous ment .
Car ce sont des têtes bien faites et bien pleines de la majorité -- pas ces énervés de la critique super
-lative -- qui nous le disent :  Jean Arthuis (Union centriste, Mayenne) et Philippe Marini (UMP, Oise) .
Et ces deux gros bosseurs-là savent de quoi ils parlent.
Le premier préside la commission des finances ; le second est rapporteur général du projet de budget.
Mais ils nous le disent avec des mots qu'on hésite à qualifier d'affriolants : « La loi de programmation
pluriannuelle est marquée par des aléas. »   Wouaouh !
Comprenez : messieurs du gouvernement, votre hypothèse de croissance de 1 % en 2009 et de 2 % les
années suivantes sont archifausses.  Les finances publiques vont dans le fossé. Rien que pour
respecter les 2,7 % de déficit en 2008, il faudrait un miracle à 5 milliards.  En clair, on dépassera
les 3 %.  3,1 % a dû reconnaître Éric Woerth, avec une croissance de 0,2 %, a ajouté Christine Lagarde.

Ce n'est pas tout. Arthuis et Marini ont dessiné des courbes, selon que la crise sera courte ou longue,
qu'il y aura récession ou pas.  Dans tous les cas, les comptes publics restent dans le rouge en 2012.
Dans la pire des hypothèses, le déficit atteint 6,4 % de la richesse nationale !   Plus du double
d'aujourd'hui.
Soit des emprunts en plus, une dette obèse (même si les taux baissent, comme le suggère la Banque
centrale européenne), des remboursements paralysants.  Sans compter l'énorme passif que l'on logera
opportunément dans les sociétés d'aide aux banques et aux entreprises flageolantes et qui échappe
à la calculette de Bruxelles.


Et quoi faire
  ?

  -  1 )   Ne pas accroître les prélèvements quitte -- force majeure -- à laisser filer les déficits :
« Il ne faut pas ajouter la crise à la crise. » 
  -  2 )   Cesser de se fonder sur une croissance imprévisible. « Ce n'est pas le gouvernement qui fait la
croissance.  L'État joue un rôle partiel, voire marginal. »  Concrètement : faisons comme s'il n'y avait pas
de croissance.  Il sera toujours temps d'employer le surcroît tombé du ciel.
  -  3 )   Plafonner les dépenses.  C'est le seul levier maîtrisable.  Mais, n'étranglons pas les collectivités
locales ! 
Communes, départements et régions assurent 73 % de l'investissement public.  Ce sont eux
qui peuvent éviter « un effondrement du BTP » et entretenir le lien social. 

Jean Arthuis lance alors un « appel au gouvernement » pour maintenir leur capacité d'investissement. 
Il réclame un « moratoire » sur certains transferts de charges, sur certaines normes hypercoûteuses,
demande que l'on cesse « le harcèlement ».
Philippe Marini confirme que « la contrainte globale s'accroît sensiblement » et que ça va se traduire par
des hausses d'impôts.

   Ah ! les « aléas » ...


Tag(s) : #Débat d' idées

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :