Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




     Publié le vendredi 29 mai 2009 à 16H15



   L'exposition de l'artiste installé à Maussane débute demain samedi à l'Hôtel de Manville


  Dans les années 60, Jean-Claude Quilici partait avec son chevalet en pleine nature. "Aujourd'hui, je travaille dans mon atelier à partir d'esquisses." Une contrainte imposée par sa technique.

     Photos   M. G.

     Un peu à l'écart de Maussane, le lieu respire la tranquillité. Et un sentiment délicieux de bonheur. Depuis qu'il a quitté Paris, avec son épouse Bernadette, pour retrouver, il y a six ans, les Alpilles si chères à son coeur, c'est ici que Jean-Claude Quilici a installé son atelier. Un espace baigné d'une douce lumière et empli de souvenirs de 50 ans de peinture.


Déjà. Là, à deux pas de la fenêtre, l'artiste a installé son vieux chevalet tacheté de couleurs. Dessus, une toile encore à l'état d'esquisse attend d'être achevée. "Dans les années 60, je partais dans la nature avec mon chevalet. Aujourd'hui je travaille dans mon atelier à partir d'esquisses. C'est plus pratique car la technique que j'utilise nécessite du temps. Il faut que la première couche de couleurs soit complètement sèche et mûrisse avant de passer aux suivantes pour donner du volume. Des toiles comme celle-là, en cours, je dois en avoir une dizaine,montre-t-il.Je prends le temps, selon l'inspiration et l'envie."

 

L'urgence du moment, elle est plutôt dans l'organisation de l'exposition qui s'ouvre demain samedi aux Baux. Délicatement empaquetées, quelques-unes attendent d'être transportées jusqu'à l'Hôtel de Manville où elles vont illuminer de leurs couleurs chatoyantes, la citadelle tout entière.

 

Et ses environs. Car, pour cette expo, Jean-Claude Quilici, à la demande de son ami Gérard Jouve, le maire de la cité baussenque, a privilégié les paysages des Alpilles qu'il magnifie, sur la toile, depuis ses débuts, grâce à une peinture aux tons incandescents. "Avec un bleu profond pour le ciel, le blanc des roches, le vert des cyprès et des ombres bleues que j'accentues, décrit-il. Une pointe de noir, aussi". 

 

Le reste est une question de talent. Et quel talent! L'artiste a même reçu la Légion d'honneur des mains du Premier Ministre Raffarin en 2004. Pourtant, humble, il déclare: "Je veux progresser encore". "Les Alpilles m'ont permis de trouver ma propre écriture, affirme-t-il. Et mes voyages en Grèce m'ont apporté beaucoup dans la maîtrise de la lumière. Là-bas, les bleus ont une intensité fabuleuse dont je me sers aujourd'hui pour peindre l'Andalousie ou la Provence. Avant, je peignais des Alpilles plus sombres et plus abstraites. Je suis revenu, depuis, à un style figuratif riche en couleurs. Quand je peins, je capte l'ambiance du lieu". Et c'est tout simplement éclatant.

 


Jusqu'au 14 juin.



Renseignements :   Office de tourisme  04.90.54.34.39.




Mathieu  Girandola   et   Nathalie  Cornand          




Tag(s) : #Arts - Cultures - Musées - Sports - Traditions

Partager cet article

Repost 0