Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog





     Publié le vendredi 30 octobre 2009 à 10H56




     L' État  demande  aux  élus  de  respecter  l' arrêté  préfectoral



  Sous la pression des services de l' État ,  la  communauté de communes de la  Vallée des Baux - Alpilles  doit impérati-vement réhabiliter la décharge .   Et ça urge !
   Photo  archives  L. R.

     C' est un nouveau coup dur pour les élus de la  communauté de communes de la  Vallée des Baux - Alpilles  ( CCVBA ) .   Après la fermeture de la décharge de  Paradou - Maussane  en janvier dernier ,  exigée par arrêté préfectoral ,  les services de l' État remettent la pression .   " Nous avons reçu une mise en demeure de la préfecture qui nous reproche non seulement de ne pas avoir rempli un certain nombre de documents techniques ,  mais aussi de ne pas avoir mis aux normes le site " ,  a alerté  Hervé  Chérubini ,  mercredi soir lors du dernier conseil syndical à  Maussane.




   " L' étau se resserre "



     Le président de la  CCVBA  le reconnaît :  la  communauté de communes  a fait traîner le dossier .   Mais s' en explique .   " Ce n'est pas de la mauvaise volonté ,  mais pour des raisons budgétaires :  nous ne pouvions pas faire face ,  cette année ,  à la fois à une augmentation de nos dépenses de fonctionnement pour le traitement des déchets ménagers  (  700 000 €  pour les envoyer  à  Beaucaire )  et une augmentation de nos dépenses d' investissements pour réhabiliter la décharge  ( 2  millions  d' € )" ,  plaide-t-il .   Quant aux documents techniques qu' il aurait fallu remettre aux services de l' État ,  " ils sont incompréhensibles à moins d' avoir un doctorat en biochimie et de mener une étude hydrogéologique qui nous aurait coûté  70 000 €  de plus " ,  poursuit-il .   Mais aujourd' hui ,  la  CCVBA  n' a plus le choix .   En clair ,  il va falloir se remonter les manches et mener à bien la réhabilitation .   " Il faudrait que d' ici à la fin de l' année ,  nous engagions une procédure d' appel d' offres en vue de la réalisation des travaux " ,  continue-t-il ,  faisant voter dans la foulée ,  à l' unanimité ,  la négociation d' un emprunt de  2  M€ .   Et surtout ,  le respect de l' arrêté préfectoral .   À savoir :  l' interdiction formelle de jeter le moindre déchet dans la décharge .   " L' étau se resserre " ,  reconnaît  Hervé  Chérubini  …  qui est pénalement responsable en cas de fraude .




Par  Mathieu  Girandola    (  mgirandola@laprovence-presse.fr  )          




Tag(s) : #Intercommunalité - CCVBA

Partager cet article

Repost 0