Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Jean-Luc Bennahmias

 

 

   Jean - Luc  Bennahmias ,  député  européen  du  Mouvement  Démocrate ,  rédige  sur  le  blog  du  " Nouvel  Observateur "  une  chronique  régulière  sur  l' actualité  politique .


  " Ma passion pour le sport m'a amené à participer à de nombreux débats organisés ces deux dernières semaines par divers grands médias français sur la Coupe du Monde et l'épopée pitoyable de l'équipe de France (I-Télé, BFM tv, Europe 1, France Inter, France Info, France Culture).

 
  J'ai voulu y exprimer le fait que l'élimination de la France n'est pas la catastrophe nationale que certains voudraient y voir. A vrai dire, comme beaucoup j'étais dubitatif quant à ses chances de succès dès les matchs de préparation. Malgré tout, j'y croyais, je pensais trouver une bonne ambiance, voir évoluer une belle équipe. Malheureusement, l'équipe, on ne l'a pas vue du tout, les clans ont ébranlé toute possible unité et le jeu français manquait singulièrement d'enthousiasme. Tous les passionnés de foot vous le diront, pour une compétition de cette importance, le niveau français était loin d'être à la hauteur. Mais les difficultés sur le terrain ne sont rien comparées à l'attitude générale qu'a eu l'équipe, déplorable et unanimement condamnée.


  Certains joueurs français auront désormais du mal à trouver un club en raison de leur comportement affligeant pendant cette Coupe du Monde, et c'est finalement une chance pour des joueurs comme Nasri, Ben Arfa ou Benzema qu'ils n'aient pas été sélectionnés. Mais pour les véritables passionnés de ce sport, le Mondial continue et semble très prometteur. Reste ceux que le football intéresse seulement dans l'ambiance du mondial et l'engouement qu'il suscite : pour ceux-là le cru 2010 est une fête ratée.

 

  Pour autant, l'effervescence politique autour de cette défaite est-elle justifiée ? J'en doute.

 

  Oui, il y a des questions politiques dans le football. Au Parlement européen, j'ai par exemple travaillé avec Ivo Belet sur les grandes problématiques du football professionnel : le besoin de régulation des masses financières en jeu, le rôle des agents de joueurs, la nécessité d'un fairplay financier entre clubs de haut niveau et les liens entre le foot et la lutte contre le racisme et la violence. Mais la défaite française au Mondial est avant tout une défaite sportive! Elle n'est en rien le reflet de la crise que traverse aujourd'hui la France. L'amalgame est trop facile, il ne faut pas donner au football plus d'importance qu'il n'en a.


  Que des hommes et des femmes politiques parlent de foot, c'est tout à fait légitime. Il s'agit du sujet d'actualité du moment. Et si le sport est comme pour moi leur passion, on s'attend à ce qu'ils la partagent avec les Français. Mais qui dit passion ne dit pas affaire politique! Nicolas Sarkozy reçoit Thierry Henry à l'Elysée le jour de la mobilisation contre sa réforme des retraites! Roselyne Bachelot, Raymond Domenech et Jean-Pierre Escalettes sont auditionnés en Commission parlementaire pour qu'ils justifient la défaite sportive et l'attitude déshonorante de certains leaders de l'équipe! C'est hallucinant.


  C'est la panique à bord, plus personne ne sait où sont les vraies priorités : Dossier des retraites, affaire Woerth, Réunion du G20 sur la régulation financière. La machine s'emballe, sans aucune vision ni direction.


  Je ne m'explique la frénésie actuelle que par la volonté du gouvernement de reléguer au second plan les annonces sur le douloureux plan de rigueur en train d'être dévoilé.


  Quant aux vraies raisons de la faillite du football français, elles sont pour moi multiples.

 
  Avant tout, beaucoup de joueurs français évoluent à l'étranger, et sont bien plus motivés par leur performance en Ligue des Champions que par leur rôle dans l'équipe de France. La question de l'argent est ici centrale. Ces jeunes gagnent des millions jusqu'à en perdre la tête, jusqu'à en oublier la valeur qu'accordent des millions de supporters au maillot tricolore. Des solutions à ce problème de sur-rémunération existent: Aux Etats-Unis, les joueurs de basket ont un revenu maximum qui permet d'éviter la création de bulles financières comme celles qu'on voit aujourd'hui dans le football européen. L'UEFA pourrait aussi définir une masse salariale globale pour tous les joueurs, qui ne pourrait être dépassée.

 

  Ensuite, nos jeunes joueurs ne reçoivent pas une formation adaptée dans les centres sportifs. Au-delà de l'entraînement, ils ne sont pas convenablement préparés au sport-business auxquels ils sont sur le point d'accéder. Résultat, il leur manque parfois une certaine distance critique et de la retenue face aux événements qu'ils vivent dans leur carrière sportive.

 

  Enfin, ce mondial a révélé de graves problèmes de gouvernance. Raymond Domenech, que j'ai pourtant longtemps défendu par le passé, a eu une attitude inacceptable. Le patron de l'équipe de France vient devant les médias pour lire les revendications de ses joueurs! Pire encore, devant toutes les télés du monde, il refuse de serrer la main à son homologue entraîneur de l'équipe d'Afrique du Sud! Ce n'est pas admissible!

 

  Mais ce qui m'indigne n'est pas ce constat, mais le mélange des genres actuel entre situation politique, sociale et football. La crise que traverse la France est d'une gravité incommensurablement plus grande que les affres de son équipe de foot, et c'est un fan qui vous le dit. Il serait temps que le gouvernement s'en rende compte et l'assume auprès des Français."

 

 

 

Jean - Luc  Bennahmias          

 

 


 

 

 

Tag(s) : #Débat d' idées

Partager cet article

Repost 0