Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

     Publié le dimanche 30 janvier 2011 à 11H12

 

 

 

     Lors  de  son  assemblée  générale  hier ,  l' association  a  dénoncé  le  nombre  impressionnant  de  constructions  au  Paradou  et  évoqué  " l' affaire  Drucker " .

 

 

 

http://www.laprovence.com/media/imagecache/article-taille-normale/hermes/2011-01/2011-01-30/2011012920151732.jpg
  C'est au Paradou que les constructions contestables seraient les plus nombreuses.

 

   Il y a des degrés dans "l'échelle de Richter des catastrophes". L'expression est de la présidente de la Ligue de défense des Alpilles, qui s'exprimait hier, à l'occasion de l'assemblée générale de l'association, à Mouriès. Et à en croire Annick Blanc, "elle atteint des sommets…au Paradou"!

 

Sur l'écran derrière elle, des images des Alpilles défilent lentement. Mais que se passe-t-il donc ici-bas au pays de Charloun Rieu, au point de s'attirer les foudres de ce groupe de bénévoles, défenseurs de l'environnement ? "Si vous y êtes allés, vous avez dû voir le nombre impressionnant de constructions et, je vous dirais que le pire est à venir !, dénonce-t-elle. Car il existe des permis d'aménager qui n'ont pas encore donné lieu à des permis de construire et il y a des projets en gestation."

 

Pour la Ligue, le point noir se résume en trois lettres : PLU, pour "Plan local d'urbanisme", document qui remplacera à terme les anciens plans d'occupation des sols (Pos). Dans ce cas précis, la Ligue avait bien l'intention de dénoncer le PLU du village… mais "des problèmes de santé de notre avocat ont fait que la procédure n'a pas pu aboutir et l'action du préfet n'a pas pu conduire à l'annulation du PLU mais à un certain nombre d'aménagements."

 

Pour autant, l'association n'entend pas lâcher le morceau : après avoir déposé deux plaintes en 2009, elle vient, annonce sa présidente - décidément "déterminée", l'un des maîtres mots de l'association - de déposer une nouvelle plainte avec constitution de partie civile auprès du doyen des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Tarascon.

 

 

"L'affaire Drucker"


En attendant, la Ligue s'enorgueillit d'avoir mené "l'affaire Drucker" comme on l'appelle. "En décembre dernier, le tribunal administratif de Marseille a considéré que le permis de construire (de la maison du célèbre animateur de France 2, à proximité de la chapelle Saint-Sixte, à Eygalières, ndlr) était inexistant, le reste n'est que bavardage : il n'y a, de notre part, aucun délit de faciès et encore moins d'antisémitisme", se défend Annick Blanc qui rappelle notamment que "l'architecte des Bâtiments de France n'a pas jamais donné son avis".

 

Ce que conteste ouvertement le président du Parc des Alpilles, Roland Darrouzès, présent dans l'assistance. Avec la verve qu'on lui connaît, l'élu, également maire de Lamanon, affirme clairement le contraire. "Je sais me renseigner, la consultation a bien été faite, elle existe !", lance-t-il, s'attirant du même coup les huées de la salle.

 

Dans cette adversité ambiante, l'association garde "l'espoir", son deuxième mot-clé avec la "détermination". "Parfois, nous sommes atteints par un sentiment de découragement, reconnaît Annick Blanc. À quoi bon défendre ces paysages quand on voit que certains s'y installent ensuite en toute illégalité ? Ce découragement ne dure, chez nous, qu'un temps et nous ne perdons pas cette faculté de nous indigner. Nous ne perdons pas non plus notre volonté de construire un environnement meilleur pour tous, pour nos Alpilles. Mais tous nos efforts de bénévoles n'ont sans doute pas été vains et nous espérons qu'il n'y aura jamais plus d'affaires Drucker-bis ou Paradou-bis."

 

 

 

 

Mathieu  GIRANDOLA     (  La  Provence  )          

 

 

 


Tag(s) : #Alpilles - P.N.R. des Alpilles

Partager cet article

Repost 0