Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




     Publié le jeudi 19 novembre 2009 à 10H55



     L' émission  Envoyé  spécial  se  penche  sur  ce  trafic


Jean-Benoît Hugues (à gauche sur la photo) est en train de mettre en place une nouvelle organisation commerciale, pour lutter contre les problèmes de surproduction d'huile d'olive.

Jean - Benoît  Hugues  ( à gauche sur la photo )  est en train de mettre en place une nouvelle organisation commerciale ,  pour lutter contre les problèmes de surproduction d' huile d' olive .

  B. Q.




     L' émission  Envoyé  spécial  de ce soir  ( sur  France  2  à  20 h 35 ) ,  intitulée :  " Que valent nos labels ? " ,  dénoncera les abus exercés au niveau du respect des différents labels français ,  qui sont censés garantir la qualité ou la provenance de nos produits alimentaires .   Une partie de ce reportage a été tournée dans  les  Alpilles ,  pour dénoncer les pratiques frauduleuses de certains revendeurs d' huile d' olive ,  qui sévissent sur les marchés locaux .

 


 Jean - Benoît  Hugues ,  le propriétaire du  Moulin du Castelas ,  a participé au tournage de ce sujet .   " Les journalistes se sont rendus sur le marché de  Saint-Rémy  et ont pu y acheter des huiles conditionnées sous le label  AOC  Provence ,  produites en  Espagne ,  témoigne-t-il .   Après dégustation officielle ,  ces huiles se sont avérées impropres à la consommation .   Ces pratiques sont scandaleuses !   Il faut savoir ,  que l' Afidol  ( filière oléicole française )  exerce une surveillance permanente sur les huiles labellisées ,  mais nous n' avons pas les capacités d' être partout . "

 

   Et de rajouter :  " Les consommateurs doivent être vigilants .   Il faut se méfier d' une part ,  des ventes alléchantes à 10 euros le litre ,  qui ne peut pas correspondre au tarif d' une huile  AOC  française .   D' autre part ,  il faut apprendre à déguster :  un goût de fruit rouge ou de cassis ,  révèle forcément des origines espagnoles .   Mais nous ne devons pas pour autant remettre en doute nos labels .   De plus ,  ces arnaques sont sévèrement punies par le tribunal correctionnel . "

 

 

   Un secteur agricole en pleine évolution

 

   Les huiles d'olives  AOC  bénéficient jusqu' à ce jour ,  d' un marché très ciblé :  celui des produits très haut de gamme ,  qui s' adressent aux consommateurs initiés ,  en demande de produits labellisés .   Ce réseau de distribution progresse chaque année  ( + 10 %  par an ) ,  mais il n' est pas exponentiel .

 

   Pour  Jean - Benoît  Hugues ,  la solution est ailleurs .   " Nous devons prendre exemple sur les vignerons et travailler avec des négociants qui ont la possibilité de nous acheter nos huiles AOC en vrac ,  estime-t-il .   Nos cuvées de prestige continueront à alimenter nos marchés haut de gamme .   Les consommateurs seront gagnants car ils auront la possibilité d' acheter directement en supermarché ,  des huiles d' olive françaises de très bonne qualité et à des prix raisonnables .  Il n' est pas question de nuire à notre marché de base ,  mais d' évoluer et de créer des produits différents qui soient à la fois respectueux de notre savoir-faire et adaptés à des circuits bien précis . "



    
Par  Bernadette  QUILICI    (  La  Provence  )          



Tag(s) : #Economie régionale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :